Fanfoe

Carnets d'humeurs

Entrez le mot de passe pour accéder à vos pages familiales ou personnelles

NOUS SOMMES EN 1935. Relisez ces quelqes pages... Voir l'article

Catégorie voyageSite en cours de construction

Encore un peu de patience...

Dis ce que tu penses sinon tu finiras par penser ce que tu dis...

Quel intéret à créer son propre site? Partager ses humeurs, mais pas seulement. Relier des gens, relier des familles...Et surtout partager. Des besoins, des demandes, des informations.

Un peu de lecture en attendant que cette suite se mette en place...


93 ans. C'est un peu la toute dernière étape. La fin n'est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique : les années de résistance et le programme élaboré il y a soixante-six ans par le Conseil National de la Résistance ! C'est à Jean Moulin que nous devons, dans le cadre de ce Conseil, la réunion de toutes les compo­santes de la France occupée, les mouvements, les partis, les syndicats, pour proclamer leur adhésion à la France combattante et au seul chef qu'elle se reconnaissait : le général de Gaulle. De Londres où j'avais rejoint le général de Gaulle en mars 1941, j'apprenais que ce Conseil avait mis au point un programme, l'avait adopté le 15 mars 1944, proposé pour la France libérée un ensemble de principes et de valeurs sur lesquels repose­rait la démocratie moderne de notre pays.
De ces principes et de ces valeurs, nous avons aujourd'hui plus que jamais besoin. Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers : pas cette société des sans-papiers, des expulsions, des soupçons à l'égard des immigrés, pas cette société où l'on remet en cause les retraites, les acquis de la Sécurité sociale, pas cette société où les médias sont entre les mains des nantis, toutes choses que nous aurions refusé de cautionner si nous avions été les véritables héritiers du Conseil National de la Résistance.

A bientôt pour la suite. (Stéphane Hessel: "Indignez-vous")

>